« Joyeux Noël à tous ! | Accueil | La Montagne répond aux blogueurs cantalous »

26 décembre 2005

Commentaires

DBardel

Alors là, tu mets les pieds en plein dans le plus gros handicap du Cantal ; même si partout ailleurs la "culture du changement" n'est pas forcément inscrite dans les gènes de chaque habitant (et a fortiori de chaque décideur), c'est quand même ici que j'ai été frappée par un immobilisme... épuisant. Aboutissant parfois à de véritables aberrations anti-économiques.

Cette phrase ("Ici on a toujours fait comme ça") est un véritable refrain, et contre cette chanson-là, franchement, je ne sais pas comment on peut lutter. Moi je suis allée voir ailleurs. Les moulins à vent, c'est pas trop mon truc, surtout quand ils se retournent contre toi.

Mais bon. Il faudra bien que quelque chose change un jour, quand même. L'instinct de survie, au tout dernier bout, finira bien par prendre le dessus... Non ?

DB_et_c'était_bien_la_peine_que_je_m'en_aille_
si_c'est_pour_ENCORE_être_dans_la_ville_la_plus_froide_de_France... :-((

VIVI2N

Quel cours d'Economie mais je rajouterais que le Cantal a beau de se vider de ces habitants pensant trouver mieux à Paris,Lyon ou même Clermont. Le Cantal est l'un des departements ou le chomage est le plus bas ce qui peut-être avantageux pour l'économie locale aujourd'hui je ne pense pas que l'exode rural ne fera pas tomber l'economie du Cantal. :)

DBardel

Le Cantal, effectivement, a un taux de chômage très bas. Mais qu'en est-il du chômage de longue, voire de très longue durée ? Et de l'emploi des diplômés ? Et comme le taux de chômage, les salaires sont également au plus bas. Alors que le coût de la vie, lui, n'est pas au plancher.
S'il y a effectivement peu de chômeurs, je pense que c'est dû principalement au fait que les gens finissent par aller ailleurs pour trouver un emploi. Et que les jeunes partis suivre des études supérieures ne reviennent pas.
C'est la spirale infernale... L'enclavement routier (je ne parle même pas du désastre ferroviaire) n'arrange rien. Je suis convaincue que l'enfermement géographique du département conditionne l'enfermement "moral" de ses habitants. Entre routes et paysages grandioses, un jour ou l'autre, il faudra bien choisir, ou du moins changer de choix.

DB_j'avais_pondu_un_truc_sur_le_sujet,
_faudrait_que_je_remette_la_main_dessus... :-/

Sacris

Je suis bien d'accord sur le fait qu'il n'y a quasiment pas de possibilité d'emploi en zone rurale pour quelqu'un qui a fait des études supérieures... ou si il y en a elles ne sont pas forcément très attirantes!

majest

Bonjour,

Tout à fait d'accord, lightman, avec le fait qu'il faut apprendre à certaines populations et personnes, contrairement à ce que certains discours martellent, que le monde a été, est, et sera toujours en mouvement et changeant (rappelons que certains se sont faits maltraiter pour avoir prétendu que la Terre bouge).

Dire que l'expérience ne sert qu'à éclairer le chemin parcouru serait, pourtant, abusif et idiot.

N'oublions pas par ailleurs, que la Nature Humaine change très peu, et qu'on retrouve certaines constantes même si l'environnement, le niveau de connaissances et les regards changent.

Certaines "modes" [ce mot lui même] voire "obsessions" du changement m'orripilent parfois, comme si "pour faire bien il faut absoluement (prétendre) avoir inventé la roue". Regarder et méditer à ce sujet le plus que non recommandable article suivant : Loïc Le Meur : "Les blogs vont profondément modifier la manière dont fonctionnent les entreprises." dans Neteco . com (je ne fais pas de lien sur ce "machin", il vous faudra le chercher).

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo